Une jeunne femme en entretien

Entretien d’embauche : les expressions à bannir

Vous avez toujours une petite anecdote à raconter, un proverbe sous le coude, on vous apprécie pour votre sens de la repartie? Attention : lors d’un entretien d’embauche, ne perdez pas de vue le contexte professionnel de l’exercice.

Chassez le naturel, il revient au galop…

Au fur et à mesure de l’entretien d’embauche, vous êtes rassuré, parce que le dialogue entamé ne ressemble pas à l’interrogatoire stressant que vous redoutiez ? À l’inverse, vous êtes stressé et souhaitez détendre l’ambiance en laissant croire que vous êtes tout à fait à l’aise?

Attention, si le recruteur face auquel vous êtes est certes une personne comme une autre, avec laquelle, hors de ce contexte, vous pourriez même sympathiser, vous risquez, dans les deux cas, de tomber dans un piège qu’il ne vous a peut-être même pas tendu.

Gare à la connivence artificielle.

Le recruteur n’est pas un collègue, il a une mission: vérifier que vous êtes le candidat qui pourra convenir au poste proposé.

Évitez de tenter un rapprochement avec lui en utilisant des expressions visant à le rapprocher de votre situation, comme : « Vous devez le savoir, vous, comme c’est difficile de diriger des gens dans une grande entreprise… »

Utilisez bien le « je » et le « nous ».

Plutôt que prendre à témoin le recruteur de vos éventuelles difficultés dans un poste, montrez-lui que vous assumez, en utilisant à bon escient les pronoms personnels. Par exemple, ne dites pas: « j’ai bien réussi à négocier le marché, mais ils n’ont pas concrétisé la vente… »

Le recruteur n’est pas là pour vous juger ni vous plaindre, il a besoin de faits objectifs pour comprendre les étapes de votre vie professionnelle. À chaque expérience relatée, précisez le contexte : qui sont les « ils », les « nous », les « eux »?

Proscrivez les lieux communs, les citations…

Vous ne faites pas un « show » ou un discours au cours duquel vous devez absolument briller. Ne proférez pas : « Comme on dit, il n’y a pas de fumée sans feu »… ne préparez pas votre entretien avec le dictionnaire des citations.

À chaque fois, faites appel à l’analyse que vous avez tirée de telle ou telle situation, et non ce que le « sens commun » pourrait en dire. Surtout si vous aviez votre part de responsabilité dans un échec. Mesurer votre prise de recul est essentiel pour le recruteur.

 

Dominique Perez – L’Express. Dominique Perez est journaliste spécialisée dans les questions de formation et d’emploi.