bandeau_demarrer_a_l'international

Démarrer à l’international

Parfois peu connues des jeunes diplômés, de formidables opportunités existent pour démarrer sa carrière à l’international. Explications par Manuelle Malot, Director Career Centre et NewGen Talent Centre 1 de l’Edhec, qui a publié Le Guide du recrutement international 2.

Comment un jeune diplômé peut-il démarrer sa carrière à l’international ?
Il a trois possibilités. Les VIE ou VIA (volontariat international en entreprise ou en administration), formule qui a succédé au système de la coopération ; le contrat local signé sur place avec une entreprise française ou étrangère ; les graduate programs, parcours proposés par des multinationales, avec une rotation sur trois postes dans trois pays (siège et deux filiales), un accompagnement spécifique et des formations. Lancés à l’origine par des entreprises et notamment des banques anglo-saxonnes, ils existent maintenant dans de nombreux pays et tous les secteurs d’activité. J’en ai recensé 320 !

Quelles sont les caractéristiques de ces trois types de parcours ?
Ces intéressants tremplins de carrière développent à la fois les compétences techniques et comportementales sur quelques mois ou quelques années. Les VIE/VIA sont les plus connus et ont beaucoup de succès car ils proposent une expérience internationale dans un cadre protecteur, pour tous les métiers, types d’entreprises, pays et profils de diplômés. Leur recherche s’apparente à celle d’un premier emploi. Les contrats locaux se trouvent sur place dans chaque pays, typiquement à l’occasion d’un stage ou d’un échange universitaire. Les jeunes diplômés français sont très appréciés par les entreprises étrangères pour la qualité de leur cursus académique et leur forte opérationnalité due aux stages. Les graduate programs, parcours d’intégration et de fidélisation des jeunes diplômés à potentiel, sont très intéressants mais très sélectifs car ils représentent de vrais investissements pour l’entreprise.

Quels conseils pourriez-vous donner à un jeune diplômé ?
Pour postuler à ces parcours, il y a deux critères clés : l’excellence académique, dont bien évidemment le niveau de langues, anglais courant et pratique d’une troisième langue ; puis l’exposition internationale, c’est-à-dire être déjà parti au moins six mois à l’étranger en stage ou lors de l’année de césure. C’est pourquoi le jeune doit construire son projet très en amont, dès sa deuxième année d’école. Son parcours sera ainsi cohérent dans ses choix de spécialisation, de stages, d’échanges universitaires à l’étranger, de voyages…

Quelques chiffres
En moyenne, un tiers des diplômés Edhec débutent à l’étranger. En 2012 :
– 40 % d’entre eux sont partis en VIE ou VIA ;
– 40 % ont signé un contrat local ;
– 20 % ont bénéficié d’un graduate program.

Pour en savoir plus
http://www.groupe-edhec.fr/_medias/fichier/cp-guide-to-international-graduate-recruitment-programmes_1335191297945.pdf
www.civiweb.com
http://www.ubifrance.fr/vie/volontariat-international-entreprise.asp
https://careers.societegenerale.com/sgcib/en/evolving/global-graduate-programme.html
Comment préparer un entretien d’embauche par Skype

Manuelle_Malot_ok
Manuelle Malot

Director Career Centre et NewGen Talent Centre 1 de l’Edhec

1. Directeur Carrières et Prospective.
2. Le Guide du recrutement international-jeunes diplômés et hauts potentiels, éditions A2C Médias.