Tweeter nuages de mots

E-réputation : comment augmenter son influence sur Twitter

Twitter est aujourd’hui LE réseau sur lequel il faut apparaître. Mais pas n’importe comment ou à tout prix. Le point sur les idées reçues et nos conseils pour soigner son image.

La popularité est liée au nombre de « followers »

Faux ! Ou pas seulement… Bien sûr, si vous n’avez pas ou très peu d’abonnés pour lire ou au moins recevoir les messages que vous postez, il vous sera difficile d’être influent sur les réseaux sociaux… Cependant, au-delà du nombre de « followers », ce sont surtout les interactions que vous suscitez (mentions « retweets » et commentaires) qui permettent de mesurer votre influence réelle sur Twitter.

Pour diffuser efficacement une information, il faut cibler les membres ayant le plus d’abonnés

Faux ! Là encore, le nombre d’abonnés importe moins que leur implication sur le réseau, leur influence, le lien social (nommé  « embededness » par les chercheurs),  qu’ils ont su créer au sein d’une ou plusieurs communautés et surtout leur expertise sur certains sujets.

Pour être influent, il faut parler des sujets en vogue

Pas tout à fait vrai… Les thématiques abordées ont leur importance, mais encore faut-il qu’elles correspondent aux préoccupations des personnes qui les lisent. De plus, vos tweets sur un sujet d’actualité risquent de passer vite inaperçus s’ils sont noyés dans la masse. Si vous souhaitez utiliser Twitter pour affirmer votre image professionnelle, vous avez intérêt à communiquer essentiellement sur ces sujets, en relayant une information ou en renvoyant vos abonnés sur un site ou un blog sur lequel vous avez pu développer cette expertise.

Des outils pour mesurer son influence sur le Net

Des outils de notation se développent pour mesurer votre influence en ligne : des sites comme Klout, Empire avenue, Beyond Digital Agency, ou encore  PeerIndex proposent ainsi des services ou applications qui permettent d’analyser non seulement le nombre de personnes suivies par un internaute et le nombre de celles qui le suivent, mais aussi les commentaires postés en réaction à un message ainsi que les interactions créées avec d’autres utilisateurs du réseau.

Klout a, par exemple, défini toute une série de profils d’utilisateurs en fonction de leur activité sur Twitter : observateur, explorateur, dilettante, « réseauteur », expert, leader d’opinion…  Ces outils sont utilisés d’abord pour votre usage personnel. Les entreprises, qui commencent à utiliser les réseaux sociaux pour repérer des candidats et avoir des informations sur leurs profils, ne jugent pas les candidats sur la portée de leur influence sur internet. Il n’est donc pas conseillé d’inscrire sa note sur son CV. Pas encore tout au moins…

 

Sophie Blitman- L’Express