bandeau_interview_banque

Les métiers méconnus de la banque

Chargé de clientèle, conseiller en gestion de patrimoine et trader bien sûr, mais aussi analyste de risques, comptable ou chef de produit marketing ! La banque offre des opportunités intéressantes aux jeunes diplômés et aux cadres. Le point avec Sylvie Delattre, responsable de l’activité métiers au pôle études de l’Apec.

La banque continue-t-elle à recruter des cadres ?

Oui. Même si le marché se fragilise, 6 000 à 10 000 cadres sont embauchés chaque année ! Le taux d’encadrement est en effet élevé dans la banque (34 %).

Ce secteur compte des métiers très différents…

Dans notre référentiel [1], nous avons analysé 17 métiers cadres, regroupés en quatre catégories : commercial (chargé de clientèle, banquier conseil…), traitement bancaire (back et middle office), métiers support (comptable, marketing, juriste, fiscaliste…), risques et contrôle (auditeur, analyste des risques, chargé de conformité…).

Quelles en sont les principales évolutions ?

On peut citer les innovations technologiques qui touchent toutes les fonctions mais principalement le traitement bancaire et le commercial avec le développement de la banque en ligne. La gestion de la relation client s’est profondément transformée avec l’émergence de nouveaux canaux de distribution. Le client est aujourd’hui mieux informé et attend de son banquier des conseils personnalisés. Enfin, la réglementation est devenue plus complexe et plus internationale. Ces évolutions nécessitent une augmentation du niveau général de formation et des compétences techniques renforcées : elles sont à l’origine du développement de certains métiers.

Quels métiers bancaires se développent ?

Les crises financières et les réglementations élaborées pour limiter les risques ont permis le développement des métiers du contrôle et de la gestion des risques, de l’audit, de la conformité, du juridique et du fiscal. Sans oublier le marketing bancaire pour développer de nouveaux produits et le contrôle de gestion pour suivre et maîtriser les coûts, autant de métiers auxquels les jeunes diplômés ne pensent pas nécessairement. La banque offre ainsi de réelles opportunités.

Quelles sont les compétences appréciées par les recruteurs du secteur bancaire ?

Il est vrai qu’on entend beaucoup parler du renforcement du cadre réglementaire, de l’importance de la maîtrise des risques, ou encore que le secteur bancaire connaît une transformation profonde en raison des mutations économiques. Mais comme de nombreux recrutements concernent de jeunes diplômés, au-delà du savoir-faire technique, les recruteurs chercheront à détecter avant tout le potentiel d’un candidat.
Les personnes intéressées par ce secteur doivent donc avoir de bonnes compétences relationnelles et une capacité d’adaptation. Elles pourront évoluer et perfectionner leur expertise en bénéficiant de formations régulières, adaptées aux transformations du secteur. Les banques ont traditionnellement une politique de formation très active. Enfin il ne faut pas oublier qu’elles proposent une diversité de métiers, certains étant très peu connus.

Quelques chiffres sur le recrutement dans les banques

Concernant les 9 800 cadres recrutés dans le secteur bancaire en 2011.

Leur profil

  • 14 % de jeunes diplômés
  • 36 % de jeunes cadres (1 à 5 ans d’expérience)
  • 50 % de cadres confirmés (plus de 5 ans d’expérience)

Leur grande fonction

  • 46 % dans les métiers du commercial et du marketing
  • 33 % dans les métiers de la gestion, de la finance et de la comptabilité
  • 6 % dans les métiers de l’informatique
  • 18 % dans les autres fonctions

Source : Apec, Perspectives de l’emploi cadre, 2012.

Pour en savoir plus

http://recruteurs.apec.fr/Recrutement/Marche-de-l-emploi/Tous-les-focus/Referentiels-metiers/Referentiel-des-metiers-de-la-banque

 

 

Sylvie_Delattre_ok


Sylvie Delattre

Responsable de l’activité métiers au pôle études de l’Apec.

 

 

 

 

 


[1] Apec – Référentiel des métiers cadres du secteur de la banque. Novembre 2012.