Nouvelles compétences banques vignette

Les nouvelles compétences recherchées par les banques

Montée en puissance des outils et données numériques, gestion des risques et organisation en mode projet : les métiers de la banque se transforment et les compétences évoluent. Synthèse avec Stéphanie Leloup, responsable de la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences groupe Société Générale.

Peut-on dire aujourd’hui que la banque comprend de nouveaux métiers, ou bien doit-elle plutôt s’adapter à des évolutions qui impactent les métiers traditionnels ?

La banque vit une grande transformation de son modèle opérationnel, et dans ce cadre elle doit chercher de nouvelles compétences, mais surtout exige de combiner plusieurs compétences au service d’un même métier.
Certains en tension, ne sont pas spécifiques à la banque. Il s’agit de métiers issus  du développement du numérique et de la nécessité de maîtriser l’univers du big data, du cloud, du web en général.
Mais au-delà, cette évolution numérique crée une transformation de toutes les compétences. Y compris dans le domaine commercial. Le web crée de nouvelles pratiques des clients, qui ont notamment tendance à faire du benchmarking pour comparer les services, ce qui nécessite pour les chargés de clientèle de renforcer leur rôle de conseil, mais aussi de maîtriser les outils digitaux pour communiquer avec eux…
Cela suppose notamment une aisance aussi bien orale qu’écrite, une agilité et une posture « multi-canale » (alliant physique et virtuel) qu’il faut acquérir.

La crise a-t-elle également des impacts sur les compétences demandées ?

Bien entendu, la crise financière et le changement de conjoncture, la globalisation, ont des impacts sur les métiers, en particulier dans le domaine des contraintes réglementaires et de la conformité. Des montées très fortes en compétences sont exigées dans les métiers de la supervision, du conseil, du contrôle, du pilotage, de la gestion et du contrôle des opérations à risques.
Ces compétences concernent encore une fois les différents métiers de la banque, aussi bien le marketing par exemple, que l’ensemble des métiers supports ou les métiers du contrôle. Quelle que soit sa fonction, il faut être systématiquement au fait des risques liés à son activité, avoir une excellente capacité d’analyse et de jugement. Nous développons ainsi des programmes de formation « cultural risk » pour tous les salariés.
Nous avons parallèlement besoin d’experts très pointus du big data, ou capables de faire des tests d’intrusion dans un système par exemple, non spécialistes de nos métiers initialement mais dont nous prenons en charge la formation.

Experts ou managers, comment les postes de responsabilité évoluent-ils dans la banque ?

Nous  avons besoin aujourd’hui de véritables compétences en gestion de projets, à tous les niveaux de management, car cela correspond à l’une des grandes transformations de la banque aujourd’hui. Dans les domaines des ressources humaines ou de la finance, par exemple, nous cherchons des personnes qui peuvent combiner l’expertise métier et la compétence projet, notamment dans un contexte de gestion du changement.

Liens utiles :

Dominique Perez – L’Express.
Dominique Perez est journaliste spécialisée dans les questions de formation et d’emploi.