Réseaux sociaux

Cinq règles d’or pour doper sa carrière grâce aux réseaux sociaux

Les réseaux sociaux offrent des opportunités pour faire évoluer sa carrière : comment en tirer parti ?

Difficile de mesurer précisément l’influence des réseaux sociaux sur le recrutement et les effets au long cours de votre présence sur Viadeo, LinkedIn, Twitter ou Facebook. Seule certitude : ils sont de plus en plus utilisés, d’une part comme moyen de repérage de candidatures (sourcing) par les recruteurs, d’autre part comme un moyen de faire évoluer sa carrière pour les salariés.

LinkedIn et Viadeo, qui se positionnent clairement comme des sites reliés au monde du travail, ne s’y sont pas trompés. « Un profil représente une carte de visite dynamique, en même temps qu’un blog et un CV », estime par exemple Olivier Fécherolle, directeur du développement de Viadeo. Aussi utile donc pour le business que pour se positionner sur le marché de l’emploi… « Il faut être sur les réseaux sociaux pour détecter les opportunités… et être soi-même détecté », confirme Damien Crequer, directeur associé du cabinet de recrutement Taste. Avantage : si vous êtes déjà en poste mais souhaitez changer ou étudier de nouvelles opportunités, votre profil s’affiche sans que vous ne dévoiliez ostensiblement votre recherche. Cinq conseils à respecter.

1. Choisissez avec soin vos mots-clefs

Explicitez donc vos missions, en intégrant les mots-clefs qui vous distingueront mais surtout qui peuvent être la clef d’entrée d’un recruteur en quête de profils. À éviter par exemple : indiquer en en-tête « conseiller en patrimoine en recherche d’emploi ». « Un recruteur à la recherche d’un professionnel ne tape pas « à la recherche d’un emploi » dans les moteurs de recherche pour trouver un candidat », constate Laurent Rignault, fondateur et gérant de Expert is Me, agence conseil en marketing et communication spécialisée dans les réseaux sociaux.

Mettez-vous à la place d’une entreprise, qui, si elle cherche un professionnel, exprimera sa requête avec le nom du métier, pas le statut de la personne. Si vous souhaitez cependant spécifier votre disponibilité, vous pouvez cocher « à l’écoute des opportunités ». Les recruteurs ou vos contacts sauront ainsi qu’ils ont la possibilité de vous contacter ou de vous recommander, au cas où un poste se libère.

Concevez votre page « profil » comme un CV, mais enrichi : vous pouvez ainsi faire une liste de vos compétences la plus précise possible, et placez les mots clés les plus utilisés dans votre métier, ainsi que des termes plus spécifiques. Par exemple, utilisez: back-office si vous êtes opérateur de marché sur le back-office, mais aussi OPCVM par exemple si vous travaillez sur ce marché. Les réseaux sociaux sont souvent utilisés pour la détection de profils rares et/ou très recherchés, comme les contrôleurs de risques opérationnels. Choisissez des termes techniques et déterminant bien les atouts de votre profil.
Mettez également en avant vos années d’expérience en en-tête de votre profil, quand elle dépasse les trois ans.

2. Actualisez constamment votre profil

Ne vous contentez pas cependant d’inscrire votre parcours et les spécificités de votre métier, mais surtout faîtes vivre votre profil, dans la limite de la confidentialité de vos missions. Un nouveau projet, mené pour un client prestigieux ? Un poste de directeur d’agence dans une structure plus importante ? N’oubliez pas de rafraîchir vos informations.

En entretenant régulièrement votre profil, vous vous positionnez comme un professionnel, voire un expert, relié à la réalité, aux tendances et aux innovations de votre secteur et à un réseau qui se travaille au quotidien. Vous gagnerez de plus en visibilité : les moteurs de recherche, friands de nouveautés, « remontent » les profils les plus récents.

3. Triez et alimentez vos relations

N’attendez pas que l’on vous demande d’être en lien pour constituer votre réseau, mais anticipez !

« Prenez le temps d’inviter vos contacts de façon personnalisée car les messages types sont assez rebutants », conseille Damien Crequer.

Choisissez vos « invités » en fonction des liens que vous avez avec eux ou qu’ils ont avec votre domaine. Collègues, responsables hiérarchiques, clients auprès desquels vous avez tout intérêt à montrer votre professionnalisme, experts de votre établissement ou agence bancaire avec lesquels vous avez des contacts et échanges réguliers… Cela vous permettra de les alimenter en informations, études, prospectives, articles de presse intéressant votre métier et de prouver votre pertinence sur certains sujets, ainsi que votre volonté de collaborer.

Identifiez les membres qui diffusent les informations les plus pertinentes, suivez-les et échangez avec eux. « L’erreur la plus fréquente est de se contenter d’émettre de l’information, constate Damien Créquer. « Or » c’est en commentant ce qu’écrivent les autres que l’on noue un dialogue… et des liens ».Vous pouvez repérer des groupes formés sur des thématiques particulières et participer aux échanges, vous serez plus aisément identifié.

4. Généralistes ou spécialisés, variez vos réseaux

Les incontournables désormais sont Viadeo (français) et LinkedIn (américain), tous secteurs d’activité confondus.

Facebook reste un excellent moyen d’établir des liens, mais est souvent plus utilisé dans un cadre plus personnel.

On peut également avec profit s’inscrire sur des réseaux spécialisés, tels que dogfinance, l’Agefi (sur l’espace communautaire) , ou peopleinfinance .

5. Soyez maître de votre temps

Dans tous les cas, reste à ne pas se disperser ni se laisser déborder par la multitude d’informations. Consacrez chaque jour ou deux fois par semaine par exemple, un temps limité pour consulter les messages, recueillir et donner des informations, vérifier la popularité de votre profil… Histoire de ne jamais perdre le fil et de ne pas donner l’impression que vous n’êtes pas actif dans un monde professionnel qui le demande.

 

Dominique Perez – L’Express. Dominique Perez est journaliste spécialisée dans les questions de formation et d’emploi