Male executive at desk, facing computer

Lettre de motivation technicien informatique

Voici un exemple de lettre de motivation commenté.

Prénom Nom
Adresse
Tél.
Mail

Nom de l’entreprise
Nom du recruteur
Adresse
Ville, (date)

Bonjour,

Ayant récemment terminé une formation qualifiante de Technicien Supérieur en informatique (niveau BAC+2) effectuée au (nom de l’organisme, ville), je suis à la recherche d’un emploi dans la région dans ce domaine de compétence.

Justifiant, grâce à cette formation, de deux ans d’expérience en alternance, je suis en mesure de répondre aux problèmes rencontrés sur le terrain, et d’administrer des réseaux issus de plates-formes multiples.
Au sein de votre entreprise ou chez vos clients, je pourrais prendre en charge la gestion d’un parc informatique, d’un réseau et de ses matériels d’interconnexions.
Autonome et autodidacte, je m’intègre très bien au sein d’une équipe et m’adapte parfaitement aux situations et aux problèmes pour toujours apporter une solution fiable et garantir une qualité de service constante.
J’ai développé des capacités d’écoute des utilisateurs en interne, même si l’application de ces connaissances n’est pas l’aspect du poste d’administrateur réseau que je préfère.
Mobile et disponible, je suis prêt à intervenir chez des clients distants en me déplaçant ou en utilisant les méthodes de connexion disponibles.

Espérant que mes qualités et mes motivations puissent vous convaincre, je reste à votre disposition pour toute information complémentaire.

Signature

Commentaire

Les + : Considérer une formation en alternance comme une expérience professionnelle à part entière est plus que judicieux, il est même conseillé de l’indiquer en début de lettre. Le candidat montre qu’il a une expérience du terrain, qu’il valorise en tant que telle dans la suite de sa lettre. De plus, spécifier qu’on est de la région concernée par l’annonce est fortement conseillé.

Les – : Attention à la formule dite  » de politesse  » : si un simple bonjour peut être accepté dans un courrier électronique, il n’en va évidemment pas de même par voie postale. C’est beaucoup trop familier. Sa formation n’est-elle pas suffisamment reconnue pour que le candidat se définisse comme un autodidacte ? Cela risque de semer le doute dans l’esprit du recruteur, qui pourra connaître le parcours du candidat en lisant son CV. Mettre l’accent sur la notion d’utilisateur était pertinent car plus que jamais d’actualité, mais dire d’emblée que cela n’est pas sa tasse de thé est pour le moins maladroit. Réservez ce genre de remarques lors d’un entretien, si on vous pose la question. Et préparez une justification, au risque de paraître asocial.

Dominique Perez et Nathalie Samson journalistes spécialisées dans les questions de formation et d’emploi (L’Express)

Liens utiles

Systèmes d’information : les opportunités du secteur bancaireValorises ses compétences : méthode