Deux hommes en entretien

Cinq conseils pour utiliser son réseau lors d’une recherche d’emploi

Le réseau est sans conteste l’un des moyens les plus efficaces pour trouver un emploi. Comment l’utiliser au mieux ? En faisant preuve de méthode et de motivation, et en dépassant certains a priori. Les conseils de Jean-Michel Milon, coach chez LEROY Consultants – BPI Group.

1. Restez ouvert

C’est la règle d’or réseau. On ne sait pas qui connaît qui. Les candidats que je rencontre sont souvent gênés par la démarche « réseau », ils reproduisent des schémas : « si je demande, je vais être redevable… » Il faut dépasser ses a priori et en voir les avantages : découvrir des postes et être mis en relation directement.

Pour commencer, listez les personnes que vous connaissez et avec lesquelles vous avez un bon contact. Rien ne sert d’identifier les personnes avec qui vous ne vous entendez pas…
Elles peuvent être de votre entourage professionnel (collègues, clients, fournisseurs) ou personnel (amis, famille…).

Objectif : obtenir des conseils, des informations (sur un secteur d’activité, un métier), valider un projet professionnel, parler de votre motivation, de votre énergie à retrouver un emploi, voir si elles connaissent des personnes que vous pourriez rencontrer de leur part…

Comme dans une démarche commerciale, vous pouvez faire des petites fiches : nom, prénom, adresse…

2. Soyez honnête lors de la prise de contact…

Inutile de donner un faux prétexte à la rencontre. Vous pouvez dire : « Je viens de quitter mon entreprise…, et je recherche activement un emploi… », « Je travaille mon réseau, tu en fais partie, j’aimerais te rencontrer. Aurais-tu quelques minutes à me consacrer pour échanger sur le métier, sur les entreprises que j’aimerais contacter…, voir si tu connais des gens que je pourrais rencontrer… » Il faut leur donner envie de passer un moment avec vous.

À éviter : « C’est dur, c’est la crise… », « On m’a dit qu’il fallait utiliser mon réseau, moi, je n’y crois pas trop, mais… »

3. …Et à l’écoute

Lors de la rencontre, intéressez-vous à votre interlocuteur, posez-lui des questions.

Soyez professionnel : renseignez-vous sur l’entreprise, ses produits… Montrez-lui que vous avez préparé l’entretien, que vous connaissez un peu la concurrence : « J’ai lu tel article sur… », « Je suis allé sur votre site… il y a telle ou telle chose qui revient régulièrement ».

Vous pouvez aussi poser des questions sur l’évolution des postes dans l’entreprise : « Comment évoluent les métiers dans tel secteur, les compétences qui y sont le plus appréciées ? »
Ne dites pas d’entrée : « Voilà mon CV… »

4. Parlez de vous, de votre candidature

Dans un second temps, laissez-lui le temps de découvrir votre CV, vous pouvez demander à votre interlocuteur ce qu’il pense de votre candidature, s’il a des conseils à vous donner par rapport à votre stratégie de recherche d’emploi…
À la fin de l’entretien, vous pouvez alors aborder le recrutement dans l’entreprise : « Est-ce que, d’après vous, mes compétences peuvent intéresser votre entreprise… Vous-même ou quelqu’un d’autre ? »
Il faut essayer : il n’y a peut-être pas d’embauche aujourd’hui, mais dans deux mois… Le fait d’avoir rencontré quelqu’un, de l’avoir vu de visu augmente ses chances lors d’une future ouverture de poste. On se souviendra de vous. Une entreprise préfère embaucher des gens recommandés, « connus »…

Si votre interlocuteur n’est pas directement intéressé par votre candidature, essayez de faire en sorte qu’il vous ouvre son réseau.
L’idéal est que la personne prenne son téléphone pour faire le lien.
Demandez-lui s’il peut vous mettre en relation avec quelqu’un susceptible d’être intéressé : « Pourriez-vous parler à cette personne de ma candidature ? Puis-je la contacter en disant que c’est sur votre conseil ? »
L’idéal est qu’il vous donne son feu vert : « Je l’ai eu au téléphone, il attend ton appel ». Le risque : appeler de sa part sans que ce soit verrouillé.

Votre interlocuteur peut aussi vous répondre qu’il n’embauche pas mais qu’il connaît une personne, un chasseur de têtes qu’il peut vous faire rencontrer. « Est-ce que dans votre entourage, vous connaissez des personnes qui pourraient être intéressées par ma candidature ? »

5. Ne forcez pas la main

Si vous sentez la personne gênée, lorsque vous lui demandez de vous mettre en relation, n’insistez pas.
Pensez, s’il a besoin de temps pour réfléchir, à lui proposer d’apporter des éléments complémentaires par mail ultérieurement. Cela vous permettra de valider l’entretien, et de reformuler ce qu’il vous a conseillé.

Propos recueillis par Nathalie Samson – L’Express